La Namibie...suite et fin

Publié le par Cécile

Je suis malheureusement obligée de terminer l'article ici, le volume de l'article précedent étant saturé....

Mardi 1er août 2006
 
Repli des tentes sans hâte ce matin, et une fois de plus petit problème : la fermeture des housses de tentes déraille. Il me semble que la poussière y est pour quelque chose... Il nous faudra l'aide d'un monsieur qui passe pour nous en sortir !
Puis nous prenons la route direction du camp suivant : Halali (19°03S, 16°28E).
En nous promenant, un 4X4 nous fait des signes : le coffre s'est ouvert ! Je suis obligée de sortir de la voiture « maman attention au lion !! » pour aller fermer : manque de bol, les serrures sont faussées maintenant ; il nous faut ré-ouvrir la boîte à outil pour essayer de les redresser ! j'arrive à peu près, on fignolera au camp.
De retour au camp, nous nous installons et partons au point d'eau, éléphants et rhinos, et nous rencontrons une française très sympa, qui voyage seule. Nous papoterons un bon moment avant de rentrer pour le repas.
Margot fait la lecture à voix haute à Cassandre : « vous revoir » de Marc Lévy. Cela plait à Cassandre, d'autant qu'elle a fini depuis longtemps tous les bouquins qu'elle s'était emmenée.
 
Mercredi 2 août 2006
 
Nous avons entendu cette nuit les rugissements d'un lion, sans doute au point d'eau. C'est étonnant la puissance de ce cri.
Il fait très froid ce matin, nous avons du mal à nous mettre en route, la tente bloque toujours un peu à la fermeture. Cassandre kidnappe le livre d'hier, pour le finir dans son coin !!
Nous repartons pour une matinée de ballade en voiture, pour ne pas voir grand chose, mis à part une famille de phacochères, c'est la première fois que nous en croisons à l'état sauvage.
À notre retour, un monsieur, voisin de notre camp, vient demander si une femme qui voyage seule avec des enfants n'a pas peur ? Nous blaguons un instant, avec sa femme. Décidément, je  plais aux vieux sud-af !!
Les enfants en ayant marre de la voiture, ils ne veulent pas repartir ce soir encore pour une ballade. Qu'à cela ne tienne, nous irons au point d'eau du camp, et nous ne serons pas déçus : 15 éléphants viennent boire, avec un tout petit. C'est très intéressant à observer : l'utilisation de la trompe, la communication entre eux, la réaction des autres animaux autour.
J'oblige aujourd'hui les enfants à se laver ! Cela fait au moins trois jours qu'ils n'ont pas vu d'eau !!! et chance pour eux, c'est leur premier (et seul je pense) bain namibien. Il fallait bien cela pour les dépoussiérer ! Mais tout sera à refaire à peine sortis de la salle de bains, le sol ici n'est que poussière, et quel beau jeu pour deux petits avec des bâtons, on peut faire des circuits, des nuages, et tout un tas d'autres choses merveilleuses...


 
De retour au camp, nous rediscutons avec Peter le voisin et sa femme, une tente de toit « tip-top » coûte 11000 N$... Je me plais à rêver, à m’inventer une remontée de l’Afrique avec mes enfants...
Nous discutons vins, bouchons, capsules, agrafes, je pose mes cartes pour Fred. Pas de problème, Peter travaillait dans l’industrie du vin, il est maintenant à la retraite, mais il attend Fred pour lui présenter du monde ! il me laisse sa carte, et comme j’ai mis du collyre à sa femme qui a une conjonctivite, il nous donne de la viande et des légumes ! Et des petits pois, des carottes, et patates douces préparées au barbecue, je ne connais pas beaucoup de personnes qui ont fait cette expérience !on fait des rencontres étonnantes en voyage !
Les filles en fin d’après-midi se décident à remonter le camp (3’17), et Cassandre par je ne sais quel moyen, se casse la figure de l’échelle... Plus de peur que de mal, mais elle quand même mal au coccyx...
 
Jeudi 3 août 2006
 
Hier soir en nous couchant, nous avons entendu un éléphant barrir, sans doute au point d’eau. Mais entre le froid saisissant et les gars crevés, nous avons préféré rester au lit. Ce matin, Peter nous raconte qu’il a vu une rixe entre éléphants et rhino hier soir, un éléphant s’étant vu refuser l’accès au point d’eau par deux rhino, il a appelé à la rescousse ses potes qui sont venus à ...19 !! Et qui ont poussé les rhinos dans l’eau ! On a loupé le spectacle ! Nous sommes repartis pour la Waterberg (20°30S, 17°13E). La route est longue. Arrivés là-bas, le paysage est splendide, le camping sympa. Nous voulons faire une balade qui arrive au point de vue de la région, mais Cassandre a mal au coccyx et les gars préfèrent courir après les mangoustes et les pintades. Qu’à cela ne tienne, nous montons avec Margot. Et ça vaut le coup ! De retour au camp, apéro, jeux, et tout va bien. Nous savons que c’est notre dernière nuit sous la tente...
 
Vendredi 4 août 2006
 
Ce matin nous ne sommes pas pris par le temps car il ne restera plus beaucoup de route pour clore notre tour. Nous démarrons doucement. Je traîne au lit pour finir mon bouquin (vous revoir), et Cassandre a la très bonne idée de mettre en route le petit déj’. Je ne me lève donc que pour aller en profiter ! petite promenade dans la forêt avant  de reprendre la route. Nous nous arrêtons au marché artisanal de Okahandja (21°58S, 16°54E). J’avais oublié ce que c’est fatigant d’avoir toujours à parler, à discuter, à négocier les prix. Deux heures dans cette ambiance, j’en ressors lessivée ! Mais nous avons des petits cadeaux à rapporter. Entre nous, l’artisanat local n’a rien d’exceptionnel.
Arrivés à Windhoek, nous faisons halte dans une galerie commerciale pour acheter une valise pour Margot car la sienne n’a pas supporté le mois ! en passant, une boutique d’intérieur nous tend les bras, j’en profite pour acheter deux superbes housses de couette et des serviettes de toilette.
Nous arrivons au Chaméléon en fin d’après-midi. Nous retrouvons alors nos « copains » de Epupa Falls. Le temps de refaire un peu les valises, le rangement de la voiture, et nous partons avec eux dans un resto pour passer notre dernière soirée namibienne. Nous passons une super soirée, ils sont adorables, on chante, on rit, l’ambiance est détendue. Ce soir c’est fête, on se couche à 23h !!
 
Samedi 5 août 2006
 
Pour reprendre une expression de Georges : « même les bonnes choses ont une fin », et aujourd’hui ça sent la fin ! Nous traînons au Chaméléon ce matin, les enfants jouent avec les amis d’hier soir, qui les emmènent même en courses ! Margot trie et nomme les photos, et moi j’essaie de tout faire rentrer dans les valises. Je fais aussi le point du mois avec Christine. Puis nous allons rendre la voiture, tout est nickel, aucun problème au check-up. Ensuite nous partons en minibus à l’aéroport, toujours avec nos copains français qui prennent l’avion suivant le nôtre. Tout le monde chante des chansons débiles dans le bus, ça rigole sec ! Nous prendrons un dernier pot ensemble à l’aéroport, avant de nous quitter, en nous échangeant nos mails. Le vol se passe bien, nous arrivons sans problème au « backpakers » à Johannesburg. Commande de « nuggems » pour les enfants, séance d’épilation pour Margot qui : 1) retrouve Marco demain et 2) espère pouvoir trouver un peu plus de chaleur à Groix, et donc montrer ses jambes !! Avoir chaud en Bretagne, c’est peut-être plus facile qu’en Namibie au mois de juillet, mais ce n’est pas gagné quand-même !
 
Dimanche 6 août 2006
 
Nous voilà dans l’avion, la boucle est bouclée... Ce matin, nous avons profité des derniers rayons du soleil sud-africain, à jouer aux cartes avec Margot ; Et puis ces interminables heures dans le hall de l’aéroport, où l’on sait qu’il va bientôt falloir se dire au revoir, mais où l’on fait comme si on ne le savait pas...
Et puis l’heure de la séparation arrive, et l’on se dit qu’on se revoit bientôt, qu’on a de la chance, Noël ce n’est pas si loin... et vite on tourne la tête pour ne pas laisser voir ses yeux qui rougissent... C’est vrai, Noël c’est pas si loin...
Nous voilà donc dans l’avion, les enfants jouent et j’alterne le temps entre mon livre « les âmes grises », et une sorte de bilan du mois écoulé.
Au final, nous aurons perdu... deux chapeaux malgaches, une basket, deux savates, une écharpe, et nous aurons gagné... des expériences enrichissantes, tant de bons moments passés ensemble, des rencontres insolites, des images à couper le souffle, et des souvenirs pour les soirées d’hiver !

PS:  Je tiens à remercier chaleureusement Michel Merlin,
qui a eu la gentillesse de m'aider à la construction de l'article et la mise en place des liens.
 

Publié dans Archives: la Namibie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laurence naxara 26/01/2008 11:23

"Génial" ! exactement ! Elé m'ote le mot de la bouche ! En cette matinée d'hiver un peu grisâtre, c'était très chouette de vous lire... Merci donc, et bravo pour ce superbe voyage virtuel !(A la veille de partir une semaine en Bretagne je me réveille parfois la nuit en pensant "Han ! j'espère que 2 couches pour le mioche  se sera suffisant pour les 3 heures de train à venir !"... vous imaginez donc à quel point je vous admire, voire vous jalouse, d'oser une telle aventure...)Où que vous soyez, je vous souhaite une année éblouissante !Laurence

Elé de la Run 26/01/2008 06:11

Génial. Je découvre ça tardivement, mais ça ne gâche pas mon plaisir. J'ai des images et des envies plein la tête. Merci beaucoup, et des bisous. Elé.